Le spécialiste du panneau A VENDRE / A LOUER pour particulier.
Le site des annonces immobilières gratuites.

La Banque de France inquiète des prix de l'immobilier

Banque de France A l'occasion de la présentation du rapport annuel de la Banque de France, Christian Noyer, Gouverneur, s'est dit inquiet du risque qu'un ajustement brutal des prix de l'immobilier pourrait faire peser sur la stabilité financière du pays.

Quelques semaines après le Centre d'Analyse Stratégique qui s'inquiétait de la formation d'une bulle immobilière en France, c'est au tour de la Banque de France de tirer la sonnette d'alarme.

Dans la lettre introductive au Rapport annuel de la Banque de France, Christian Noyer écrit:

"La maîtrise des évolutions salariales est essentielle pour assurer la compétitivité. Mais les politiques publiques peuvent aussi y participer, directement ou indirectement.
Prenons l'exemple du logement.
La hausse continue du prix des logements contribue à donner le sentiment d'une perte de pouvoir d'achat et avive les revendications salariales. Elle est source de malaise social et de rigidité économique car elle entrave la mobilité des personnes et aggrave les inégalités.
En outre, elle crée un risque pour la stabilité financière si un ajustement brutal devait intervenir dans l'avenir.
Il paraît donc important de s'attaquer aux causes profondes des déséquilibres du marché. Les politiques d'action sur la demande ont montré leurs limites: les incitations fiscales et les soutiens au financement, accompagnés par des conditions de crédit très allantes de la part des banques, ont davantage contribué à la montée des prix qu'à l'accroissement des volumes de construction.
Les solutions paraissent désormais devoir être recherchées du côté de l'offre, par un desserrement des contraintes de tous ordres, administratives, techniques, qui s'opposent aujourd'hui à l'expansion du parc immobilier."


Jusqu'à maintenant seuls quelques économistes et journalistes osaient affirmer que les prix immobiliers, après 12 ans d'envolée, s'étaient déconnectés de la réalité économique du pays, et notamment du revenu disponible des ménages.
Ces récentes interventions des plus hauts organismes économiques du pays laissent à penser que la France pourrait connaître le même scénario que les Etats-Unis, l'Irlande, l'Espagne. Dans ces pays, le marché de l'immobilier a connu un brutal réajustement par une baisse très sensible des prix depuis 2008. Cela a était le cas également, mais dans une moindre mesure, en Grande-Bretagne.
Aucun scénario n'étant toutefois écrit à l'avance, l'hypothèse d'un atterrissage en douceur des prix, comme celle d'une explosion violente de la bulle demeurent possibles. L'évolution des taux d'intérêt reste l'élément déterminant. Quelque soit le scénario, une chose semble certaine aujourd'hui: les périodes de hausse ininterrompue et de plus-value garantie dans l'immobilier semblent bien derrière nous.






écouter la présentation du rapport
evolution prix immobiliers

A lire aussi

Les commentaires


Le 26-08-2011 à 09:56 carole49 a écrit
La mesure fiscale sur les plus-values, va à l'encontre des dires de M.NOYET.Je viens d'effectuer des démarches pour une division parcellaire du terrain de ma résidence principale devenu trop lourd à entretenir . Comment allez-vous calculer le dégrèvement du a l'inflation (immobilière ou autre) .32% de prélèvement c'est énorme!! et disproportionné par rapport au 3% sur les hauts revenus .Je pense donc retirer mon terrain de la vente . Si l'offre est réduite? les prix vont monter :C Q F D .

Le 22-06-2011 à 00:02 pepita35 a écrit
En réponse à Tintin,
Arrêtons de jeter la pierre aux agents immobiliers! un professionnel de l'immobilier, se réfère au prix des ventes réalisées à l'instant T (et à de nombreux autres critères). Il faut savoir qu'avant l'envolée des prix, nos vendeurs n'hésitaient pas à mettre en vente leur bien entre 15 à 20 % plus cher que l'estimation que nous en faisions et les acquéreurs quant à eux souvent surenchérissaient d'autant, donc je me permets d'affirmer que ce sont tous les acteurs du marché qui ont contribué à l'augmentation des prix. Sans acheteur, pas de vendeur, sans vendeur, pas d'acheteur, et sans agent immobilier : bon courage! C'est un métier passionnant et quand on le fait correctement, nos clients nous remercient!....

Le 17-06-2011 à 11:09 Evidence a écrit
"Jusqu'à maintenant seuls quelques économistes et journalistes osaient affirmer que les prix immobiliers, après 12 ans d'envolée, s'étaient déconnectés de la réalité économique du pays, et notamment du revenu disponible des ménages"

L'immobilier est déconnecté à la fois de la solvabilité des ménages et de la rentabilité de l'investissement. Or, l'économie réelle finit toujours par rattraper la spéculation. Et en général, ça ne donne pas lieu à des "atterrissages en douceur"...

Le 17-06-2011 à 00:05 tintin a écrit
il a bien raison: chers agents immobilier, apres avoir ruine des familles pendant des annees , cest a votre tour!

Donnez votre avis


votre nom / pseudo
votre adresse e-mail
(ne sera pas publiée)
Votre message