Le spécialiste du panneau A VENDRE / A LOUER pour particulier.
Le site des annonces immobilières gratuites.

Le blues du marché immobilier

le blues du marche immobilier Selon le zoom de la rédaction du 7/9 de France Inter, le marché immobilier aurait le blues (reportage de Régis Lachaud)


écouter le zoom de la rédaction du 7/9 - France inter le 4 janvier 2012





Témoignage auditeur
Je trouve que les prix de l'immobilier sont quand même assez élevés parce que c'est un endettement sur 20 ans. Quand on a passé la quarantaine, c'est quand même assez lourd. Je pense que la difficulté à l'avenir sera réelle, ne serait-ce que pour nos enfants.

Patrick Cohen
Le marché immobilier a le blues. Plusieurs chiffres alarmistes ont été publiés par les professionnels pour 2012. La FNAIM craint une baisse brutale des transactions et le réseau Century21 prévoit 15% de ventes en moins dans l'ancien par rapport à 2011. Entre prix élevés et aides publiques en voie de disparition, la déprime s'installe en fait depuis quelques mois. Vous l'avez constaté à Rennes.

Régis Lachaud
Rennes, capitale de la Bretagne, 211 000 habitants au dernier recensement, et des prix de l'immobilier qui vont de 1500 à 4500 € le m², dans une agglomération qui s'est largement développée depuis 20 ans. Visite avec Sophie Garnier, consultante.

Sophie Garnier
Donc là , on quitte le centre de Rennes mais on est encore très près du centre puisque la gare est à même pas 5 mn en voiture, et on va se diriger vers Saint-Jacques. C'est même pas Saint-Jacques de la Lande encore, c'est juste avant. C'est un ancien terrain militaire qui a été vendu, je crois, en partie à la ville et sur lequel, les promoteurs sont en train de faire sortir des programmes du sol.

Régis Lachaud
Et ces programmes en cours comportent à la fois des bureaux, des espaces commerciaux, des logements sociaux HLM mais aussi de l'immobilier locatif privé. Et là , première catastrophe pour les entreprises vendeuses, le dispositif Scellier qui subventionne l'achat locatif à coups de réductions d'impôts, va disparaitre dans un an. Jérôme Launay dirige le groupe Launay, un des principaux promoteurs locaux.

Jérôme Launay
La disparition du Scellier c'est dangereux puisque en tant que promoteur, nous avons du mal à nous positionner sur du foncier. On ne sait plus à qui on va vendre les logements en 2013. On a besoin d'avantage de visibilité et d'un cadre plus stable pour nos activités puisque ce sont des activités avec une inertie important. Entre la maitrise d'un terrain et la mise en commercialisation, il se passe souvent 12 à 16 mois. Entre la maitrise du terrain et la livraison des opérations, il se passe 3 années. Et donc, on est sur des cycles de production de plusieurs années.

Patrick Cohen
Et puis autre mesure décidée par le gouvernement et votée par le parlement pour 2012, la forte réduction de ce qu'on appelle le PTZ+, le prêt à taux zéro.

Régis Lachaud
Le prêt à taux zéro qui permettait à de nombreuses familles d'acheter leur résidence principale. Selon la FNAIM, la fédération des agents immobiliers, plus de 300 000 acheteurs en ont bénéficié l'an dernier. Un coup de pouce indispensable par exemple pour Catherine. Grâce à son PTZ+, cette jeune mère célibataire a pu acheter une maison à retaper, il y a 6 mois.

Catherine
Acheter dans l'ancien, c'est effectivement moins cher, mais il y avait énormément de travaux à faire . Donc c'est pour ça aussi que, au final, le tout me reviendra à 220 000 €. Là encore, je suis toute seule, donc on a besoin à côté quand on a un tout petit apport, ça ne me suffisait pas. J'ai été aidée également un petit peu par mes parents. Donc sans ce dispositif, pour moi, ça n'aurait pas été possible.

Régis Lachaud
Cela dit Patrick, la nouveauté la plus contestée, c'est l'augmentation des taxes sur les plus-values, hors résidence principale. Dès le 1er février prochain, les résidences secondaires et autres logements loués seront taxés pendant 30 ans après l'achat, au lieu de 15 actuellement. Une mesure annoncée en août dernier par le gouvernement, qui a fait hurler. Depuis l'été, elle a fortement déstabilisé le marché locatif à Rennes comme ailleurs. Cyril L'Helgouac'h, agent immobilier.

Cyril L'Helgouac'h
Tous les biens qui arrivent en fin de bail se retrouvent quasiment sur le marché, puisque lorsque vous avez un locataire en place, c'est un petit peu plus compliqué de mettre le bien sur le marché. Donc, dès la fin d'un bail, les propriétaires nous appellent pour faire l'évaluation de leur bien, et préfèrent vendre à un prix qui n'est pas forcément ce qu'ils estimaient être la valeur du bien, plutôt que de repartir sur 3 ans et supporter ensuite la modification du régime des plus-values.

Régis Lachaud
Et pour l'avenir, de nombreux professionnels annoncent un risque de baisse d'activité sur ce marché. De nombreux propriétaires pourraient en effet retarder la vente d'un appartement ou d'une maison pour réduire la facture des taxes à payer.

Patrick Cohen
Moralité, conclusion: les perspectives du marché immobilier sont plutôt moroses à Rennes comme ailleurs?

Régis Lachaud
Ecoutez. Pour maintenir le nombre d'habitants, rien qu'à Rennes, il faut construire 1500 logements par an, entre les divorces, le départ d'enfants devenus grands et des destructions de vieux bâtiments à compenser. Et pour financer ces constructions, il faudra bien trouver des investisseurs, particuliers ou professionnels. Au moment où, en plus, les taux d'intérêt demandés par les banques pour un prêt immobilier recommencent à monter. C'est un autre facteur de ralentissement.

A lire aussi

Les commentaires


Donnez votre avis


votre nom / pseudo
votre adresse e-mail
(ne sera pas publiée)
Votre message