Le spécialiste du panneau A VENDRE / A LOUER pour particulier.
Le site des annonces immobilières gratuites.

L'immobilier foncier rural reprend des couleurs mais perd toujours plus de sa vocation agricole

immobilier foncier rural Alors que les prix du foncier en secteur rural s'étaient repliés en 2088 et 2009, ils semblent être repartis à la hausse. C'est ce qui ressort de l'étude publiée par la FNSAFER ce 24 mai 2011.

Sur l'année 2010, le prix de la terre agricole a progressé, sur le territoire français de 1,9%. Un hectare de terre vaut désormais, en moyenne, 5230 euros.
Pour les terres louées, le prix moyen est de 3620 euros par hectare et le rendement locatif brut est de 3,4%.
Bien à l'écart de ces moyennes nationales, le prix moyen d'un hectare de vignes VQPRD (vignes à vins de qualité produits dans une région déterminée) est en hausse de 2,2% à 95200 euros.

La hausse du marché est principalement entrainée par les particuliers qui acquièrent des maisons à la campagne ou des terrains à bâtir ainsi que par les investisseurs qui trouvent dans les biens agricoles et forestiers, la valeur refuge recherchée en période économique incertaine.
A contrario, les agriculteurs ne tirent pas le marché vers le haut. Leurs acquisitions vont même plutôt en régressant, suivant de fait la baisse de leurs revenus.

On constate donc que l'espace rural a de plus en plus une destination résidentielle au détriment de sa fonction première qui était agricole. Pour la 4ème année consécutive, le marché de l'urbanisation (3,6 milliards d'euros) dépasse en valeur le marché agricole (3,4 milliards d'euros). Depuis 1960, la surface agricole a régressé de 7 millions d'hectares. Les cause sont à rechercher dans l'extension des villes et des infrastructures, mais aussi dans le développement de la surface des forêts. Aujourd'hui, le marché à destination agricole (hors forêts) représente 64 % des surfaces vendues, mais seulement 36 % des ventes et 23 % des flux financiers.

La FNSAFER s'inquiète de ce grignotage de la surface agricole par l'urbanisation à un moment où les besoins en alimentation de qualité, en énergie verte et en biodiversité sont de plus en plus importants. "Nous n'avons plus un hectare à perdre" affirme son Président André THEVENOT.


Evolution des prix du foncier prix de la terre agricole prix des terrains constructibles

cliquez sur les images pour agrandir

A lire aussi

Les commentaires


Donnez votre avis


votre nom / pseudo
votre adresse e-mail
(ne sera pas publiée)
Votre message