Le spécialiste du panneau A VENDRE / A LOUER pour particulier.
Le site des annonces immobilières gratuites.

Cette crise qui soutient le marché immobilier

Favoris
Article du 05-05-2010 par Admin
la crise soutient l'immobilier De nombreux analystes prévoyaient depuis déjà quelques années un krach immobilier. Il ne pouvait pas en être autrement après un doublement des valeurs des maisons et des appartements, conséquences de 10 années de hausse ininterrompue...

La fameuse courbe de Friggit faisait apparaître une déconnection évidente entre le prix de l'immobilier et le revenu disponible des ménages. La logique et l'analyse des précédentes crises immobilières laissaient entrevoir de façon évidente un rééquilibrage du marché avec une baisse brutale des prix.

La montée du chômage et la baisse du pouvoir d'achat qui en résulte semblait confirmer l'arrivée imminente de ce scénario.

Malgré tous ces signaux alarmants, point de krach. Certes le marché s'est calmé, le nombre de transactions a très nettement diminué mais les prix n'ont baissé que de 8 à 10% par rapport à leur point culminant.

Pourquoi le scénario catastrophe ne s'est-il pas produit ? Il semble bien, en fait, que le marché immobilier ait plus bénéficié de la crise qu'il n'en a souffert, au moins jusqu'à aujourd'hui.

La crise a d'abord était financière. La baisse des valeurs boursières et les incertitudes sur les marchés financiers ont refroidi de nombreux investisseurs. Le risque de placer ses économies à la bourse, en actions, et même en obligations d'Etat, devient de plus en plus fort. Or les liquidités sont encore abondantes. L'endettement massif des acteurs économiques durant les 20 dernières années a créé des masses monétaires abondantes qui cherchent aujourd'hui à se placer. Les placements financiers devenus trop risqués, l'immobilier, tout comme l'or, devient donc tout naturellement une valeur refuge. Ce phénomène est encore plus flagrant dans le neuf que dans l'ancien. Les programmes neufs sont commercialisés, en très grande partie, à des investisseurs qui n'ont plus confiance aux valeurs financières et qui cherchent un placement de « bon père de famille » tout en profitant des avantages fiscaux comme le dispositif Scellier.

La crise a également permis de maintenir des taux d'intérêt à un niveau historiquement bas. La capacité d'endettement des acquéreurs étant renforcée, les prix ont pu se maintenir. Il en serait tout autrement, si ces taux venaient à remonter, ce qui est probable dans les 2 ou 3 ans à venir.

La crise, c'est une inquiétude pour de nombreux ménages. De quoi l'avenir sera-t-il fait ? Mon emploi est-il aussi sûr ? Face à ces incertitudes, de nombreux propriétaires immobiliers renoncent à leurs projets immobiliers, ou les reportent. Ils se disent que leur maison ou leur appartement, c'est une valeur sûre et que face à un avenir incertain, il faut mieux, au moins, avoir la certitude d'être logé. Conséquence : l'offre n'est pas surabondante. De nombreuses agences constatent mêmes qu'ils n'ont pas beaucoup de biens à proposer à leur clientèle.
Cette rareté de l'offre permet de maintenir les prix et de démentir les prévisions d'un scénario catastrophe où les prix chuteraient à cause d'un déséquilibre entre l'offre et la demande.
Si la crise financière et économique venait à s'aggraver et durait dans le temps, nul doute que le marché immobilier s'en trouverait plus affecté qu'il ne l'a été jusqu'à maintenant

A lire aussi

Les commentaires


Le 25-11-2010 à 14:53 bubure a écrit
2011 sera l'annee de la baisse dans l'ancien surtout quand la loi obligera le diagnostic energetique des apts anciens . une decote sera appliquee pour les apts non aux normes . double vitrage , isolation des facades exterieures etc....

Le 28-05-2010 à 10:48 JEJE a écrit
IL FAUT VENDRE RAPIDEMENT

MAIS SURTOUT NE PAS ACHETER AVANT L'ANNE PROCHAINE MEME SI LES TAUX REMONTE LE PRIX DES MAISON ET APPARTEMENT VA DIMINUE DE FACON EXTAORDINAIRE ENFIN PEUT ETRE ....

Le 09-05-2010 à 15:47 ortalino a écrit
Cela semble inévitable: la baisse des prix de l'immobilier de quel ordre? et l'inflation dans tout ces avis confus, qu'ils soient récents ou assez antérieurs? Pour ma part en octobre 2007, une vente de 40% supérieure à mon offre fut réalisée au profit d'un tiers. Sans animosité, mon offre diminuée de 4% passerai à ce jour! Qu'en sera-til demain?

Le 09-05-2010 à 09:21 Immobilier-danger a écrit
Très bonne analyse de la situation immobilière. Si les études chiffrées donnaient une rapide baisse des prix de l'immobilier, c'était sans compter sur l'effet psychologique de la crise financière. Pourtant l'immobilier, qui est considéré comme une valeur refuge, est loin d'être un placement sûr aujourd'hui. Si les prix étaient trop élevés par rapport aux revenus des ménages, ces derniers diminuant il n'y a pas de doute à avoir sur l'orientation future de l'immobilier. Après tout est question de timing.

Aujourd'hui les prix ont déjà bien reculé en Province (même si c'est pas fini) mais ils sont restés scotchés à des prix très élevés sur Paris.

Le 07-05-2010 à 10:14 Alex a écrit
effectivement, çà veut dire que le crack va arriver. Surtout si on y ajoute la fin des aides au logement (évoquée dans la politique de "rigueur" sur laquelle le gouvernement planche), le chômage très haut (10% de chômeurs c'est 20% des ménages hors du circuit d'emprûnt), le papy-boom où les retraités vont lâcher leurs maisons f5/f6 pour des plus petites ou des maisons de retraites, la hausse des taux qui va diminuer le pouvoir d'emprûnt, le gel des salaires des fonctionnaires, la hausse probable des carburants/chauffage, etc....
morosité, chute vertigineuse de l'immo. placez l'argent dans des pièces d'or et attendez 6 mois...

Le 05-05-2010 à 13:59 gregor a écrit
et alors, ça va dire quoi? que le crack va bientôt arriver? il faut acheter ou il faut vendre en ce moment?

Donnez votre avis


votre nom / pseudo
votre adresse e-mail
(ne sera pas publiée)
Votre message