Le spécialiste du panneau A VENDRE / A LOUER pour particulier.
Le site des annonces immobilières gratuites.

Les risques de la bulle immobilière sur la mobilité professionnelle

chronique immo Quelles sont les risques de la bulle immobilière sur la mobilité professionnelle? L'analyse d'Axel de Tarlé sur Europe1

Les prix immobiliers explosent à Paris et dans toutes les grandes villes de France. Est-ce qu'on peut vraiment parler d'une bulle? Est-ce qu'il faut avoir la main qui tremble quand on veut acheter?

C'est vrai que tout ça commence à rappeler un peu la folie internet au tournant des années 2000, puisque selon les chiffres des notaires à Paris, la hausse est de 20% sur un an.

De même à Lyon, Marseille, Bordeaux, Nantes, Rennes, on enregistre des progressions annuelles de 10 à 15% car l'immobilier est considéré comme la valeur refuge avec cette idée dangereuse que les prix ne peuvent pas baisser.

Idée dangereuse, car si on y réfléchit bien, c'est cette idée qui a déclenché la crise aux Etats-Unis. Cette idée que les prix ne pouvaient pas baisser, c'était la base des emprunts subprimes. Or depuis 2006, les prix ont chuté de 36% aux Etats-Unis et il s'est passé la même chose en Irlande ou en Espagne.

Souvent, on se dit "après tout, peu importe que ça baisse, je n'achète pas pour spéculer, j'achète pour vivre dedans". Sauf qu'on l'a vu aux Etats-Unis, acheter trop cher peu gravement nuire à votre carrière professionnelle. Car que se passe-t-il en cas de retournement des prix? Outre la perte financière et la déprime de voir son bien perdre la moitié de sa valeur, que se passe-t-il concrètement? Et bien, vous êtes collés avec votre maison devenue invendable ou alors il faut accepter de revendre à perte mais la dette à rembourser reste entière avec des mensualités énormes qui tombent tous les mois. En résumé, vous n'êtes plus mobiles que ce soit pour une mutation professionnelle ou, plus grave, pour trouver du travail. Une étude du Conseil d'analyse stratégique montre qu'un propriétaire au chômage va mettre 30% de temps en plus qu'un locataire pour retrouver un travail.

C'est bien pour cela que les américains sont revenus de cette idée du tous propriétaires.

Pour l'instant en France, on est toujours dans la phase ascendante des prix, mais attention, comme disent les boursiers, et ils le savent, "les arbres ne montent pas jusqu'au ciel"

source: Europe1 - Le zoom Eco du 10-12-2010

A lire aussi

Les commentaires


Le 11-12-2010 à 10:02 soniadeparis a écrit
j'aime bien les éditos economie d'Axel de Tarlé. L'éclatement de la bulle immobilière, ça fait un petit moment qu'il en parle. Finira-t-il par avoir raison?

Donnez votre avis


votre nom / pseudo
votre adresse e-mail
(ne sera pas publiée)
Votre message