Le spécialiste du panneau A VENDRE / A LOUER pour particulier.
Le site des annonces immobilières gratuites.

L'encadrement des loyers assécherait-il le marché immobilier locatif?

risque encadrement des loyers La FNAIM se dit contre l'encadrement des loyers qui inciterait les propriétaires immobiliers à retirer leurs logements du marché de la location. Notre avis sur la question.

L'encadrement des loyers figure au programme du candidat François Hollande. Après avoir raillé cette mesure, Nicolas Sarkozy l'a également intégré dans ses propositions. Le candidat socialiste propose un mécanisme d'encadrement au moment de la relocation dans les zones tendues, tandis que le candidat UMP suggère plutôt de donner la possibilité aux locataires d'aller devant le juge lorsque le loyer peut être considéré comme abusif.

La FNAIM (Fédération Nationale des Agents Immobiliers) s'est déclarée opposée à ces mesures d'encadrement des loyers. Selon cette organisation, toute mesure qui irait dans ce sens risquerait de mettre en péril la solvabilité des propriétaires bailleurs et aurait pour conséquences:
  • le retrait du marché locatif de nombreux logements
  • la baisse de l'investissement locatif sur les logements neufs
  • le blocage de l'éco-rénovation dans le parc immobilier locatif ancien

Il est possible effectivement que, dans un premier temps, les bailleurs considèrent ces plafonnements comme une baisse de rentabilité locative et se détournent de l'investissement locatif.

Sur le plus long terme, ce risque semble toutefois très limité, notamment parce que l'encadrement des loyers ne concernera qu'une petite partie des logements: ceux qui se trouvent dans des zones tendues, et dont le montant du loyer dépasse manifestement les valeurs moyennes de marché. On ne peut donc pas craindre qu'une telle mesure affecte l'ensemble du parc immobilier locatif.

Par ailleurs, imaginons un instant que de très nombreux propriétaires retirent leurs logements du marché immobilier locatif. Que feront-ils de ces logements?

Les laisser vacants , compte tenu de la fiscalité (taxe foncière, taxe sur les logements vacants) et des charges fixes (charges de copropriété, assurances, entretien du gros œuvre...) serait un choix impossible pour de nombreux propriétaires, sans parler de la dépréciation de la valeur de leur actif en cas de baisse des prix immobiliers.

L'autre solution serait de mettre en vente ces logements devenus insuffisamment rentables. L'afflux massif de cette offre déséquilibrerait le marché immobilier et provoquerait une baisse brutale des prix. De nouveaux investisseurs pourraient alors revenir sur le marché en acquérant des biens immobiliers à prix intéressant et donc avec une rentabilité tout à fait stimulante.

Quant aux propriétaires qui renonceraient à engager les travaux d'entretien ou d'isolation sur les logements qu'ils proposent à la location, ils risqueraient de voir leur bien perdre de la valeur et auraient beaucoup de difficultés à trouver des locataires sérieux et stables. L'insolvabilité des locataires et le risque de vacances serait pour eux un mauvais choix, bien plus que la pratique de loyers raisonnables.

A lire aussi

Les commentaires


Le 06-09-2012 à 16:25 Marc a écrit
Mais quel intérêt de louer son appartement ? On loue pas a paris comme n'importe ou !! le prix du bien n'estpas du tout le même.

Si ce gouvernement croit qu'il va créer des hlm privés et laisser aux propriétaires les impôts fonciers, rénovations... Ce serait plus économique que d'en construire.

Les loyers servent à rentabiliser l'achat d'un bien. Sinon quel intérêt de louer un appartement. On achète pas un appartement pour faire du social et tous ceux qui critique ca sont plus jaloux que humanistes car dans la même position pas une seconde ils feraient différemment.

Retirer à un propriétaire le choix de fixer le loyer de son bien c'est une attente claire au droit à la propriété et son usufruit.

Et entendre les populistes s'en gargariser c'est à se demander ou on va.

Plutôt que chercher des solutions d'accès à la propriété, retirons aux gens l'intérêt de louer leurs biens.

Biensur ca augmentera le pouvoir d'achat ! ou plutôt ca tuera le marché ! Faut pas voir plus loin que le bout de son nez pour dire ca !

Le 04-05-2012 à 20:58 Phil a écrit
Bien sur qu'il faut encadrer les loyers 20€/mParis IdF et quelque zones sensibles le reste de la France à 10 € /m , quel pouvoir d'achat les français retrouveraient!!!!!!

Donnez votre avis


votre nom / pseudo
votre adresse e-mail
(ne sera pas publiée)
Votre message