Le spécialiste du panneau A VENDRE / A LOUER pour particulier.
Le site des annonces immobilières gratuites.

Vendre un appartement ou une maison: la négociation

Conseils ACHAT / VENTE   >   La négociation
Favoris
Comparez les taux
calculez votre mensualité!


reussir la negociation

Depuis quelques années, le marché immobilier s’étant retourné, les acheteurs sont en position de force. Un prospect intéressé par votre bien immobilier tentera de faire baisser le prix. A vous de savoir réagir.


Connaitre son prix limite

Avant d’être en mesure de recevoir des offre d’achat, vous devez connaître votre prix limite, celui en dessous duquel vous ne vendrez pas. Mieux vaut mûrir cette réflexion en amont, à froid, plutôt que devant votre acheteur. Ce prix limite doit être fixé par rapport à la valeur objective de marché de votre bien, et en considération d’une éventuelle décote par rapport au marché que vous êtes prêts à accorder compte tenu de vos impératifs et de votre souhait de vendre rapidement. Le prix limite ne doit pas être défini en fonction du prix de revient de votre bien ("ça m’a coûté tant, je veux retomber sur mes pieds") ou par rapport au budget dont vous avez besoin pour votre prochain achat immobilier. Seul le marché détermine la valeur de votre bien.


Ne pas prendre l’initiative de baisser le prix

Il est préférable de d’abord faire parler son interlocuteur. Si il est intéressé par votre bien, c’est à l’acheteur de faire une offre. Ce n’est pas à vous d’annoncer votre marge de négociation, vous risqueriez de perdre en crédibilité. Vous pouvez juste annoncer que vous êtes ouverts à la discussion, dans la limite du raisonnable.


Prendre le temps de la réflexion avant d’accepter une offre

Vous avez reçu une offre et celle-ci vous semble raisonnable, elle est se situe dans votre marge de négociation, au dessus du prix limite que vous vous êtes fixé. Si vous êtes face à votre interlocuteur, n’acceptez pas son offre tout de suite. Dites lui que vous allez y réfléchir et lui donner une réponse rapidement. Une acceptation sur le champ risquerait de donner un sentiment de frustration à l’acheteur, la sensation d’avoir conclu la transaction trop facilement . "Si j’avais su, j’aurais fait une offre plus basse" va-t-il se dire.


Justifiez le refus d’une offre

Si l’offre vous semble trop basse, essayez de donner les raisons de votre refus à l’acheteur. Ne lui dîtes pas quelque chose du genre "De toute façon, je ne suis pas pressé", cela donnerait l’impression de quelqu’un qui met en vente à un prix trop élevé et qui espère trouver "le bon pigeon". Avancez plutôt des arguments objectifs sur les atouts de votre bien immobilier, et justifiez vos prétentions par des exemples concrets de biens similaires en vente dans votre quartier. Vous devez rassurer votre acheteur, il doit être convaincu, si ce n’est de faire une bonne affaire, au moins de ne pas faire une mauvaise affaire.


Des éléments mobiliers dans la balance pour conclure la vente

Si les négociations sont proches d’aboutir, qu’il ne reste plus qu’un faible écart à combler entre vous et votre acheteur, vous pouvez proposer de laisser quelques éléments mobiliers comme par exemple de l’électro ménager dans la cuisine. Cela peut parfois permettre de conclure la vente et, par ailleurs, facilitera votre déménagement comme celui de votre acheteur.


Conclure les négociations

Une fois les négociations abouties, il ne vous reste plus qu’à signer le compromis de vente chez votre notaire. Ayant réuni préalablement tous les documents, vous gagnerez du temps et votre notaire devrait être en mesure de préparer le compromis rapidement.


Les démarches pour vendre un appartement, une maison, un terrain, un local